16.12.07

Interview de Sarkozy au Nouvel Obs : à pleurer

A pleurer. De rire ou de honte ?

C'est ici.

Morceaux choisis :

c'est facile de parler des droits de l'Homme quand on manifeste entre soi dans des lieux symboliques, en laissant les gens mourir.

refuser de féliciter Monsieur Poutine quand son parti a gagné les élections, aurait été absurde.

Pouvez-vous me citer un mot, un fait qui prouvent que j'aurais renoncé à défendre les droits de l'Homme ?

[parlant de la viste de Kadhafi] Il ne s'agit pas d'une visite d'Etat. La première visite d'Etat sera réservée à Shimon Pérès au mois de mars. J'ajoute que Kadhafi n'est pas perçu dans le monde arabe comme un dictateur. Il est le plus ancien des chefs d'Etat de la région et dans le monde arabe, ça compte.

[à propos de l'Iran] les Américains ne sont pas, là, des va-t-en-guerre.

J'ai toujours été contre le boycott des Jeux Olympiques en Chine car on ne peut pas boycotter le quart de l'humanité. Ces Jeux, j'en suis sûr, feront progresser la liberté en Chine. L'arrivée de milliers de journalistes et de centaines de milliers de touristes ne peut produire que des effets positifs.

J'ai toujours cru qu'Ingrid Betancourt était vivante même quand plus personne n'y croyait.

de la même façon qu'en Israël, ce sont les faucons qui font la paix, en France, c'est la droite qui améliorera les libertés individuelles. Cela m'était plus facile qu'à Lionel Jospin de supprimer la double peine. Il est aussi anormal qu'un citoyen français doive aller faire valoir ses droits devant la Cour Européenne des Droits de l'Homme.

La presse est globalement de gauche, non pas socialiste, non pas partisane, mais culturellement de gauche. Cela ne gêne personne. Lorsque Jean-Marie Colombani, directeur du plus grand quotidien français, deux jours avant le deuxième tour, appelle à voter Ségolène Royal et à barrer la route à ce "bushiste néoconservateur" de Sarkozy, c'est la démocratie ! C'est-à-dire que la liberté de la presse, c'est le soutien de la gauche. Quand on me soutient, ça devient la mainmise des médias. La presse, globalement, a été opposée à ma candidature. C'est son droit. Dire qu'elle m'a aidée, c'est à exploser de rire ! D'ailleurs, Le Nouvel Observateur m'a réservé des unes particulièrement "sympathiques", non ? Quant à TF1 que dirige Martin Bouygues, qui est l'un de mes meilleurs amis, - TF1 appartient au groupe Bouygues depuis 1987- qui peut dire que cette chaine a fait mon élection ? Dassault, Lagardère, Bouygues, Arnault, Pinault, Perdriel possèdent des journaux. Réjouissez-vous que des industriels investissent dans la presse plutôt qu'elle appartienne à des fonds de pensions anglo-saxons! Je vais être très clair : si je suis le seul risque pour l'indépendance de la presse, vous pouvez dormir tranquilles.

Je n'ai jamais aimé les gouvernements monolithiques de droite.
Irrésistible, non ? A pleurer...

Libellés :

2 Commentaire(s) :

Anonymous jeanpaul de la mata a écrit...

Pas à pleurer,pourquoi ?
Il le démontre dans la presse,non ?
Essaye d'aller sur un forum dans un pays du tiers-monde,en Russie,etc...en traitant son chef d'état de nain,de con,abruti,et j'en passe comme en France sur beaucoup de sites internet ...et tu verras la différence.

12:37 AM  
Blogger yrduab a écrit...

jeanpaul, merci de votre commentaire.

Je suis désolé de devor vous répondre que je ne le comprends pas.

"il le démontre dans la presse" : quoi ? Que démontre t'il ?

Pour la suite de votre commentaire, faut-il comprendre que vous regrettez qu'on puisse critiquer notre chef d'Etat en France ?

9:50 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Accueil